L’éducation est une chance, la seule porte de sortie de la pauvreté

Diplômé en 2017 en gestion financière, Arturo, 25 ans, est auditeur auditeur financier depuis 2018.

Une carrière qu’il n’aurait jamais pu imaginer à 7 ans, âge auquel il a commencé à travailler dans une plantation de café et de canne à sucre pour aider financièrement sa famille. Un emploi peu rémunérateur : l’ainé de trois enfants empochait alors 1 peso (moins de 5 centimes d’euro !) par kilo de café ou canne à sucre récolté. Un emploi pénible : les plants de café, extrêmement fragiles, doivent être récoltés très vite et les cannes à sucre doivent être brûlées avant d’être transportées. Arturo s’est souvent brûlé les mains et a travaillé 7 jours sur 7 durant 5 ans pour un salaire dérisoire. Et il n’était pas question qu’il aille à l’école, son salaire, aussi dérisoire soit-il, aidait considérablement sa famille.

Une rencontre avec les Sœurs de Marie qui change tout

En 2005, encouragé par sa mère, Arturo, 12 ans, rencontre les Sœurs de Marie, passe et réussi les tests d’entrée de l’école. C’est encore sa mère qui réunit l’argent pour lui payer le ticket de bus qui l’emmène, seul, à Guadalajara, dans le village pour garçons qui va radicalement modifier le cours de son existence. Il travaille très sérieusement, apprend l’anglais (ainsi que le français sur son temps libre) et décroche un emploi dans une agence de pub, en tant que responsable des achats. Il y reste 5 ans puis son employeur lui offre une bourse pour étudier la finance à l’Université TecMilenio.

L’éducation est une chance, la seule porte de sortie de la pauvreté

Aujourd’hui, Arturo est conscient de la chance dont il a bénéficié. Il rend souvent visite aux Sœurs de Marie et partage son expérience avec les enfants : il insiste sur l’assiduité, la persévérance et l’importance d’apprendre l’anglais.

Arturo est reconnaissant envers les donateurs de Village du Monde pour Enfants :

«Merci beaucoup pour votre générosité et vos dons. Je voudrais vous faire savoir que, grâce à vous, des milliers d’enfants peuvent aller à l’école et sortent de la pauvreté extrême dans laquelle ils vivaient. Ils deviennent de bonnes personnes, avec des objectifs et des rêves dans la vie. Comme moi

Arturo et sa sa famille lors de de la remise de son diplôme

Arturo et sa sa famille lors de de la remise de son diplôme

Arturo dans les champs de canne à sucre

Arturo dans les champs de canne à sucre