Soeur Michaela en novembre 2017 à propos du travail du père Al et des Sœurs de Marie (Vidéo en anglais en attendant la traduction)

Sœur Michaela a longuement parlé de son expérience de collaboration avec le père Al pour établir les programmes des Sœurs de Marie, en commençant par la Corée du Sud pour ensuite s'étendre aux Philippines, au Mexique, au Brésil, au Guatemala et plus récemment au Honduras. Ceci n'est qu'un court extrait de son interview sur la façon dont les programmes des Sœurs de Marie ont été lancés.

Après la guerre, la Corée était détruite, et beaucoup, beaucoup de gens étaient morts. À cette époque, c'était les années 60, le père Al était un prêtre missionnaire. Il voulait aider les plus pauvres parmi les pauvres, principalement les enfants, qui par la guerre, étaient séparés de leurs familles.

Personne ne s'occupait de ces enfants et ils devaient mendier dans la rue et voler pour survivre.

A cette époque, il y avait beaucoup d'orphelinats pour ces enfants et pour les bébés mais le personnel de ces orphelinats était très pauvre et quand le père Al leur rendait visite, la vie des enfants n'évoluait pas. C'étaient des endroits misérables et les enfants restaient encore très démunis, faibles et sans instruction.

Le Père Al a toujours pensé que l'unité familiale était la chose la plus importante, et c'est pourquoi il a décidé de construire ses propres orphelinats pour aider ces enfants. Il avait un cœur et un esprit purs, et il nous disais, à nous, les soeurs de Marie, de se concentrer, comme le Christ, à comment aider les pauvres, les souffrants, les nécessiteux.

Il nous a montré comment les aider et comment leur enseigner notre amour.

Le Père Al a démontré ses valeurs religieuses et sa foi à travers son mode de vie et il nous a enseigné comment aider les personnes vivant dans la misère, les plus pauvres parmi les pauvres, les personnes souffrants de tourments.

Nos donateurs nous aident avec les dons qu'ils nous donnent. Peu importe la taille des dons, ils nous aident tous dans notre travail. Le Père Al a écrit des lettres à nos donateurs parce que nos enfants ont besoin d'un endroit pour vivre, ils ont besoin d'étudier et d'acquérir des compétences pour trouver un travail, gagner de l'argent et subvenir à leurs besoins.

Lorsque les donateurs contribuent à notre oeuvre de bienfaisance, l'oeuvre du peuple, nous pouvons aider plus d'enfants qui sont dans le besoin et la souffrance. Si nous pouvons leur donner une bonne éducation, ces enfants vivront correctement et dans la réussite.

Sr Michaela Kim, supérieure de la Congrégation des Soeurs de Marie de 1992 à 2011.